Forum RPG post-mortem Avatar manga 150*150px



Nouveautés
This is Halloween !
31.10.2018 21:21



162
0
0
30


Narcisse; Fondatrice







1
2
3
Top site; Votez
Toutes les 2H SVP.
“Only as you gasp your dying breath shall you understand, your life amounted to no more than one drop in a limitless ocean!' Yet what is any ocean but a multitude of drops?Yesterday, I would never have done what I did todayThese forces that often remake time and space, that can shape and alter who weimagine ourselves to be, begin long before we are born and continue after we perish. Our lives and our choices, like quantum trajectories, are understood moment to moment. That each point of intersection, each encounter, suggest a new potential direction. Death is only a new life.”
new-life.com




nuit noire
Message par Bacchanal le 23.12.18 23:24


Groupe :
Sac à dos :
Badges :
Cellulaire : www.
Points : 30
Groupe :
Sac à dos :
Badges :
Cellulaire : www.
Points : 30
Non validé
Non validé
30

bacchanal

ft. Bacchanal (oc)

Saul Leroy
Rôle : 2345678910
Péché capital : Envie
Âge : Vingt-huit ans
Âge & date de mort : Vingt-sept ans ; 22.11
marchand de sable
D’un simple touché vous voilà épris de Morphée. Bacchanal aux mains de Midas pourrait vous forger des rêves d’or, Bacchanal du simple touché de sa chair contre la votre vous endort.



Physique

Bacchanal aux os saillants, Bacchanal au vague charisme caché au creux de ses lèvres. Il sourit, crocs en dehors. Il sourit, charmes en dehors. Chevelure d’or, nœuds frôlant sa peau, Bacchanal à l’allure déliée. Contour au masculin, grand homme au visage pourtant presque féminin. Nez fin, doucement oublié pour laisser place à un regard sombre. Perdu là où il y laisserait presque voir ses véritables intentions. Marqué par le temps, Bacchanal le voici pourtant marqué de vénusté. Lèvres presque oubliées pourtant si visiblement, point de repère vers ses propres mensonges. Typique allure. Typique carrure, finesse dans son langage, finesse dans l’exécution de ses membres, de sa démarche.  

Caractère

Il aimerait tout contrôler, posséder richesse entre ses doigts. Il aimerait être désiré, se voir devenir souverain. Il ne possède encore qu’une douce agonie, un espoir brulant au fond de sa gorge. Bacchanal côtoyant les mensonges, les faux semblants et toujours ces sourires, si vide, si amer. Il n’y d’importance que sa propre volonté, cette envie d’être regardé, aimé. Le tout mené d’un doigté emplie d’élégance, un voile pour mieux vous en enticher. Bacchanal devenant simple reflet, se laissant forger par vos désirs. Bacchanal déjà perdu dans ses artifices : il lui en faudrait beaucoup plus. Bacchanal douce finesse gâchée par l’odieuse langue étant sienne. Vocabulaire pressé, mots hachés et vérité comme un dernier rappel. Il mord pour mieux vous attirer, il mord dans le mystique qu’est le brouillard de ses pensées. Tumulte pressant ses lèvres, tumulte pressant son cœur. Il vit de ses passions, de la fougue habitant ses doigts, son corps se mouvant dès ses premiers attraits. Facile à charmer, facile à attraper tout autant qu’il vous laissera danser encore et encore. Il se complait dans une simplicité à laquelle il ne peut accéder, sans vraiment savoir ce qui pourrait lui manquer. Mais il désire, Bacchanal et jamais ne cessera-t-il de le faire.



Histoire

On a cessé de le voir.
Mais sans doute l’a-t-il trop désiré ; Sa belle mort venant le faucher.
Mais sans doute la désire-t-il à présent ; sa vie perdue sans qu’il n’eut le temps de l’embrasser.

Il se souvient encore, perdu dans le brouillard, la fumée les entourant toujours. Il déteste cette ambiance mais il désire. Jetons au milieu du tapis, cartes en mains. Il affiche encore ce sourire, lèvres retroussées, désirs charniers. L’important n’est que de faire croire en sa propre victoire, les faire passer dans son camp. Il se souvient des jeux, des chiffres écrits ici et là, passant entre ses doigts. Jamais assez, jamais… Il les voit défiler, les voit glisser sans qu’il ne puisse s’arrêter de les aimer, de vouloir voir cet irréel devenir réalité. Il n’arrive encore à combler ce vide au creux de sa poitrine, les attentes de ses pulsions dont il ignore les origines.

 Il faisait parti de ceux qui vivent dans l'ombre, ceux qui sortent et ne désire que la lumière. Il n'y avait rien et il n'a jamais aimé y voir quelque chose. Il a sans doute oublié le visage même de ses propres parents – les a-t-il désirés, eux ? Il a arrêté si tôt ses études. Il désirait le monde, fréquentait les mauvaises personnes. Il les attirait elles aussi et il les aimait à sa façon, yeux rivés sur son visage, attentions portés sur un futur qu'ils lui disent brillant. Il l'a envoyé valser. Il n'a jamais rien aimé dans sa propre société sinon les rires, le frottement d'une chair contre la sienne et toujours ce brouillard d'une grande facilité. Il préfère ne pas y voir clair dans sa vie. Ou cela a-t-il chaviré ?

Il se revoit doucement flotter. Il entend son propre rire s'envoler, éclabousser son visage bientôt cassé. Le sang frôlant doucement ses lèvres, virevoltant le long de sa mâchoire. Ils l'ont laissé là sans même l'aimer.

Saul dévalait les rues, se contentait d'habiter ici et là. Saul attirait les regards, le social facile, les paroles attirants ceux qui s'y laissait bruler. Combien de cœur brisé sans qu'il ne puisse sentir le sien ? Cela n'avait jamais eu aucune importance. Il trouvait toujours foyer. Il était jeune, Saul. Il était jeune et ne voulait vivre emprisonné. Il s'était simplement réfugié dans ses propres rêves, dans des jeux qu'il semblait gagner. Combien de temps cela a-t-il duré ? Sans doute pas assez, jamais assez. Les dettes venant remplacer l'or coulant à ses pieds. Il tente de s'y raccrocher. Alors, il tente d'oublier sa fin sans qu'un glamour ne puisse l'habiller. Os contre os, squelette bientôt brisé. Il ne possède plus rien pour effacer les chiffres enchaînant son corps trop frêle pour riposter. Encore, poings épousant son visage, son nez, ses lèvres. A-t-il effacé le prix à payer de par son corps ? Il s'endort encore, touchant le bitumes, brulant son corps de désirs ardents. Une belle mort. Une belle nuit pour se laisser mourir.

Une belle nuit pour se laisser à désirer une nouvelle vie, encore… Il ne peut s’arrêter.

Derrière l'écran
Yo ici Morose, j'avais dit que je viendrais sur une version précédente, j'avais eu un coup de cœur bien avant tout cela. Je suis venue longtemps après s'il n'est encore trop tard pour moi.



Re: nuit noire
Message par Rosé le 24.12.18 12:46


♠️♠️♠️♠️
119
Charmer par le chant
Hwasa de Mamamoo
♠️♠️♠️♠️
119
Charmer par le chant
Hwasa de Mamamoo
pts
Groupe : ♠️♠️♠️♠️
Sac à dos :
Badges :
Cellulaire : Téléphone
Points : 119
Pouvoir : Charmer par le chant
Avatar : Hwasa de Mamamoo
Groupe : ♠️♠️♠️♠️
Sac à dos :
Badges :
Cellulaire : Téléphone
Points : 119
Pouvoir : Charmer par le chant
Avatar : Hwasa de Mamamoo
♠️♠️♠️♠️
119
Charmer par le chant
Hwasa de Mamamoo
Stronger than you ~
Stronger than you ~
♠️♠️♠️♠️
119
Charmer par le chant
Hwasa de Mamamoo

Ahah ton perso est génial ! Au plaisir de rp avec toi un jour <3

- Sujets similaires


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum